53 billets en 2015 : Toute une nuit pour… #11


logo 53 billets

Toute une nuit pour revivre cette soirée avec mon homme devant « Mullholand Drive », passer des heures ensuite à en parler emmitouflés sur son canapé, analyser, partir en digression et finir par se dire qu’on est largués. Tomber vraiment amoureux ce soir là. Se dire qu’on le reverra, un jour, sur un autre canapé.

Toute une nuit juste pour dormir, quand le corps dit stop, quand la tête n’arrive plus à suivre. Se vider l’esprit, oublier, juste quelques heures. Tenter de réparer un peu ce qui ne va pas. Puis aller mieux, un peu… au moins.

Toute une nuit pour papoter avec sa meilleure amie, refaire le monde, se remémorer des souvenirs bien enfouis, retrouver des noms, des prénoms presque oubliés. Rire, pleurer, rire encore.

Toute une nuit pour travailler, réviser, relire ses notes, ouvrir quelques vieux bouquins d’histoire, penser à son avenir, se dire qu’il ne faut pas le planter ce foutu partiel. Toute une nuit à stresser puis se présenter devant son prof d’histoire les yeux cernés. Disserter sur les Crimes et les Châtiments à l’époque moderne. L’épater. Toute une nuit pour un 15 bien mérité.

Toute une nuit à attendre des nouvelles, bonnes ou mauvaises. Toute une nuit pour s’imaginer le pire… Toute une nuit à surveiller son téléphone. Toute une nuit à se demander si l’on ne devrait pas partir, aider, chercher. Toute une nuit pour rien. Puis une autre encore. Et ce début de soirée où le pire est devenu réalité…

Toute une nuit pour cauchemarder, à tout juste 11 ans, après avoir vu dans une émission de Drucker la bande annonce du « Dracula » de Coppola. Toute une nuit à voir des ombres, sentir un souffle… Toute une nuit avec la peur au ventre.

Toute une nuit pour penser à cette signature d’acte de vente, à cette prise de paroles devant une assemblée de 100 personnes, à cette prise en main de classe du jour au lendemain, sans réelle formation…

Toute une nuit pour trouver la meilleure position avec ce gros ventre qui prend de plus en plus de place, toute une nuit à supporter les petits (ou plus grands) désagréments de la grossesse. Toute une nuit (ou presque) à attendre puis se rencontrer, faire connaissance.

Toute une nuit pour s’aimer. Toute une nuit pour se le dire, se découvrir, ne faire plus qu’un.

Toute une nuit…

signature

Publicités

3 réflexions sur “53 billets en 2015 : Toute une nuit pour… #11

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s