53 billets en 2015 : ce jour-là, j’ai pleuré de joie #15


logo 53 billets

 

Encore une fois, je ne suis pas sûre d’être très surprenante ou originale dans ce billet (comme d’hab’ je sais).  Mais comme je suis une fille honnête (oui, oui, jetez moi des fleurs, faîtes moi des offrandes sur l’autel de la modestie), je vais céder aux clichés du genre concernant toutes les mamans du monde (ou presque) :

oui, j’ai pleuré de joie et de soulagement, vive la délivrance, et deux fois en plus (enfin peut être plus mais étonnamment, je me souviens plus intensément de celles-ci). Les larmes ont coulées ce 26 mai 2011  et ce 19 août 2012. Oui vous l’aurez deviné, ce sont bel et bien les naissances de mes enfants qui ont provoqué ces torrents d’eau salée.

Comment expliquer ce que j’ai ressenti alors ? Et bien, j’aurais pu vous narrer à nouveau le récit de mes aventures (« Céline perd les eaux », « Céline accouche sur le parking de la maternité (ou presque) », « Céline a des contractions mais ça va », « Céline à la maternité, le retour de la vengeance »…) mais je préfère vous laisser découvrir ces deux billets publiés sur mon ancien blog, si le coeur vous en dit !

 

Mon petit mec : NOTRE PREMIÈRE RENCONTRE…

Mon Pitchoune, je t’ai rencontré pour la première fois il y a un peu plus de 8 mois maintenant et mon Dieu que tu étais petit. Au premier regard, j’ai su que je t’aimerai toujours, d’un amour nouveau, différent de tout ce que j’avais déjà connu.

Pour t’expliquer un peu, tu es venu au monde assez vite et je dois bien avouer qu’à la lecture d’autres récits d’accouchement, le mien m’a semblé simple et plutôt facile.

Tu devais être bien dans ton cocon car tu as fait trois jours de rab’. Et tu as même attendu le matin pour te manifester, histoire de me laisser une dernière nuit tranquille. Il devait être un peu plus de 5 heures ce jour là quand pour la première fois j’ai compris ce qu’étaient de vraies contractions. Ni une, ni deux, je me lève, je bouscule papa, il se réveille, comme d’habitude, enfin pas vraiment comme d’habitude mais tu t’en es rendu compte depuis !

[suite]

Ma petite puce : COURS MAMAN, COURS !

Cette phrase tu aurais pu me la dire ce dimanche 19 août à 2H00 du matin. Juste histoire de me prévenir, de me préparer à cette course contre la montre qui se préparait.

Cette nuit là je dormais sur le canapé car il fait moins chaud au salon. Je n’en pouvais plus de ces nuits si courtes dans mon lit, dans cette chambre étouffante, alors cette fameuse nuit j’ai dit stop ! Il faut que je dorme, histoire d’être en forme si tu arrives plus tôt. Pressentiment ?

Cette nuit là, ton frère, notre pitchoune, dormait chez mamie. Eh oui, deux jours auparavant je parlais à ton père de mon envie de manger au restaurant en amoureux avant d’être 4 à la maison. Forcément, une telle activité ne se reproduira pas avant un moment une fois tous réunis. Pressentiment ?

[suite]

*

J’vous l’avais dit, ce billet n’est ni original, ni surprenant, il est même bourré de guimauve. Mais comment leur résister ?!

elle et lui

signature

Publicités

10 réflexions sur “53 billets en 2015 : ce jour-là, j’ai pleuré de joie #15

  1. « Céline perd les eaux », « Céline accouche sur le parking de la maternité (ou presque) », « Céline a des contractions mais ça va », « Céline à la maternité, le retour de la vengeance »… -> ahahaha, j’adoooore

    J'aime

  2. Pingback: 53 Billets en 2015 : Un jour qui a changé ma (leur) vie #23 | Céline et son Bric à Brac en Vrac

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s