27 mai 2015 : ma journée nationale de la Résistance


En Une Humeurs le 28/05/15

En Une Humeurs le 28/05/15

J’avais 14 ans. J’étais alors en 4ème et j’aimais déjà beaucoup l’Histoire. Je devais sans aucun doute faire preuve d’un enthousiasme débordant pour cette matière puisque j’ai été sélectionnée avec 3 autres camarades pour faire des recherches sur un jeune garçon juif qui avait vécu plus de 50 ans auparavant dans notre petite ville et qui avait étudié dans notre collège. Il devait avoir à peu près notre âge quand il fut arrêté lors d’une rafle en place centrale, celle où nous allions parfois nous balader avec les copines. D’abord caché par une famille de voisins, il décida de rejoindre les siens. Il fut alors déporté.

Nous avions rencontré des survivants de cette époque : ils avaient parfois aidé, d’autres fois résisté l’arme à la main. Je me souviens de ce vieux monsieur encore plein de vigueur nous recevant chez lui dans cette pièce transformée en bibliothèque dédiée à la Seconde Guerre Mondiale. Je le vois  encore nous parler de son parcours, de ce jour où il fut arrêté lui aussi mais où il arriva à s’échapper et rejoindre le maquis. Dans mon souvenir il devait avoir à peine 17 ans quand il est entré en résistance, presque notre âge. Nous étions tous très impressionnés, peu tentaient de prendre la parole. Nous avions un héros devant nous. Puis il y a eu cette femme, toute jeune encore à la fin de la guerre, qui avait connu ce garçon déporté. Elle en parlait avec beaucoup d’émotion, tout étant encore très vivace dans son esprit. Ces recherches s’étaient ensuite conclues par l’inauguration dans notre collège d’une plaque honorant la mémoire de ce frère disparu trop tôt parce qu’il était juif…

J’ai gardé de cette expérience un sens aigu du respect de la mémoire, des anciens, cette idée qu’il ne faut jamais oublier, que notre Histoire ne cesse de se répéter et que c’est en s’y intéressant, en la connaissant au-delà des manuels que l’on peut éviter parfois le pire.

Cette année, j’ai donc décidé d’écrire cet humble billet parce que j’ai cette désagréable impression que nous n’avons jamais été aussi près de revivre les sales heures de notre Histoire. Je peux donner l’impression de dramatiser. Pour ma part je pense qu’il ne faut jamais sous estimer la puissance destructrice de certains groupes haineux profitant de la crise et du désespoir d’une partie de la société pour  véhiculer leur idées immondes et clairement assouvir leur soif de pouvoir sous prétexte d’aider le peuple en souffrance…

Et puis il me semble primordial à l’heure actuelle de remettre en avant les valeurs de courage, de défense de la République, de respect d’autrui, de justice, de tolérance, de solidarité… valeurs portées justement par la Résistance !

C’est donc avec ces quelques mots  que j’aimerais terminer. Ce sont ceux de Germaine Tillion qui, en ce 27 mai 2015, fait son entrée au Panthéon avec  Jean Zay, Genevière De Gaulle Anthonioz et Pierre Brossolette :

Je pense, de toutes mes forces, que la justice et la vérité comptent plus que n’importe quel intérêt politique.

© IP3 PRESS/MAXPPP

© IP3 PRESS/MAXPPP

 

Publicités

2 réflexions sur “27 mai 2015 : ma journée nationale de la Résistance

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s