1ère rentrée en maternelle, quelques conseils pour nos petits… et leurs parents


L’année dernière mon fils faisait sa première rentrée en Maternelle.  Cette année c’est au tour de ma fille ! J’ai hâte de savoir comment cela va se passer, de connaître son ressenti, de scruter ses réactions (oui il y a de fortes chances que je sois dans son école ce jour-là).

En tant que maîtresse je dois avouer que je prends cette étape de leur vie avec beaucoup de philosophie et de « zénitude » mais je sais également que pour d’autres cette fameuse première rentrée n’est pas vécue aussi sereinement. J’avais d’ailleurs sur mon précédent blog réalisé une série de 3 articles sur le sujet et je me disais que cela pourrait être utile de les partager à nouveau ici pour accompagner et rassurer  parents et enfants sur le chemin de l’école !

 

  • UNE PREMIÈRE RENTRÉE DES CLASSES : COMMENT S’Y PRÉPARER ?

1. S’Y PRÉPARER ÉMOTIONNELLEMENT.

Laisser son enfant n’est jamais chose facile. Il existe toujours des appréhensions, des craintes à s’en séparer. Et quoi de plus normal ! Car même si nous le laissons à des professionnels de l’enfance, ils n’en restent pas moins pour nous des inconnus. Et quand il s’agit de nos « bébés », il est parfois difficile de relativiser et de rationaliser.

Alors plutôt que de lutter contre ce sentiment, il est préférable d’essayer de positiver en pensant aux nouveaux copains qu’il/elle va se faire, aux jeux qu’il/elle va découvrir, aux multiples apprentissages qu’il/elle fera… Et pourquoi aussi ne pas en parler autour de soi et tenter de trouver une oreille attentive qui à son tour parlera de son propre vécu de parent.

Des livres aussi peuvent éventuellement apporter un support de discussion intéressant. Il y en a à foison.

Le plus important est d’essayer de ne pas transmettre son angoisse à son enfant, elle ne doit pas devenir la sienne.

Et justement, nos enfants dans tout ça ?

Personnellement, je ne crois pas qu’un enfant de 2 ou 3 ans éprouve naturellement une quelconque appréhension quant à l’école et sa première rencontre avec elle. Il n’a généralement pas de préjugés positifs ou négatifs sur cet environnement qu’il ne connait pas, si ce n’est ceux de ses parents. L’angoisse de séparation peut en revanche être réelle.

Nous ne devons donc pas sous estimer l’importance de le préparer à cet événement, tout en douceur bien sûr. Comment ?

En expliquant simplement ce qu’est l’école en se centrant sur la vie en communauté (« il y aura beaucoup d’autres enfants »), sur les personnes qui s’occuperont de lui/elle (« la maîtresse/le maître t’apprendra des choses, une autre dame [l’ATSEM]  l’aidera et t’aidera »), sur ce qu’il/elle va y faire (« à l’école tu vas apprendre beaucoup de nouvelles choses… ») en donnant des exemples concrets s’il/elle le souhaite. Mettre l’accent aussi sur le fait qu’il/elle ne va pas que travailler, il/elle continuera à jouer, ce sera même le principal vecteur des apprentissages.

Il peut être intéressant également de lui montrer sa future école. Souvent les écoles maternelles organisent en juin une ou plusieurs journées pour visiter l’école, rencontrer les différents intervenants et prendre connaissance des lieux.  Mais rien n’empêche de repasser devant l’école pendant les vacances, pour que ces lieux lui deviennent plus familiers. Pas la peine non plus d’y aller tous les jours.

D’ailleurs globalement, il serait préférable d’éviter d’en parler constamment, sauf si bien sûr c’est lui qui en parle le plus 😉 . Cela pourrait avoir l’effet inverse de celui escompté en créant une angoisse par rapport à un événement qui paraît SI important aux yeux de maman, aux yeux de papa.

Selon moi les maîtres mots sont : expliquer – répondre à leurs questions s’ils en ont – familiariser – le tout en douceur.

2. S’Y PRÉPARER MATÉRIELLEMENT.

L’assurance : penser à souscrire à une assurance scolaire. Assurez-vous qu’elle garantisse les dommages qu’il peut subir ou faire subir aux autres (responsabilité individuelle et civile).

Le site de la MAE explique bien à quoi sert une assurance scolaire, je vous y renvoie, non pas pour y souscrire, mais pour mieux comprendre.

Les achats à effectuer : difficile de faire une liste universelle, chaque enseignant aura sa propre liste. Cependant, en général, il y a les grands classiques : chaussons avec bonne tenue aux pieds, mouchoirs, vêtements pour le change, sac à dos (ne le prenez pas trop gros)… parfois, certains enseignants demandent des photos pour identifier les enfants et leur place aux portes manteaux par exemple. Pour le reste, attendez la rentrée et rassurez-vous la liste n’est jamais bien longue.

3. LA PROPRETÉ.

C’est souvent ce qui effraie le plus les parents, que leur enfant ne soit pas « propre ». Surtout, il est important de ne pas se focaliser uniquement sur ce point. Il est préférable qu’un enfant soit« propre » pour entrer à l’école mais les accidents arrivent à la maison comme à l’école. L’ATSEM est là pour assurer aussi son bien être, il sera changé si cela arrive. Et il ne sera pas le seul. Mettre une trop grosse pression à l’enfant sur ce sujet ne peut que retarder cet apprentissage de la propreté.

Et j’ai même lu certains témoignages de mamans qui expliquaient que leur école acceptait les couches au début. Je ne l’ai professionnellementt jamais vécu mais n’hésitez pas à en parler à la rentrée avec l’enseignante si vous avez encore quelques craintes.

UNE PREMIÈRE RENTRÉE DES CLASSES : COMMENT GÉRER LA TOUTE PREMIÈRE JOURNÉE ?

 1. Une première journée :

Il n’y a pas de journée type, pourtant par expérience, on retrouve souvent peu ou prou le même déroulement.

– le temps d’accueil  : l’enfant arrive en classe et est le plus souvent accueilli par la maîtresse/le maître, histoire de se présenter, de faire connaissance. Souvent les enfants sont peu loquaces alors ne vous étonnez pas si l’enseignant n’insiste pas et laisse le vôtre découvrir seul la classe, en douceur. Mais encore une fois il n’y a pas de règles et certains sont de vrais moulins à paroles.

Il arrive aussi parfois que la maîtresse/le maître donne à chaque élève une étiquette avec son prénom (collier autour du coup, autocollant apposé sur son vêtement…) :  il s’agit juste de pouvoir s’adresser à l’enfant par son prénom durant cette première journée, sans se tromper, plutôt que de devoir lui demander sans arrêt, sans avoir forcément de réponse. Cela sécurise l’enfant, facilite le travail de l’instit’.

Pendant ce temps d’accueil, c’est l’occasion également pour l’enseignant de rencontrer les parents, et réciproquement (même si souvent il y a déjà eu un premier contact au moment de l’inscription par exemple). L’enseignant essayera ainsi de parler avec chacun. Mais il est évident qu’il y aura beaucoup de monde avec qui échanger, que les questions et interrogations seront nombreuses du côté parental. N’hésitez pas à interroger ce jour-là mais attendez-vous aussi à ce que la maîtresse/le maître ne soit pas aussi disponible que possible. Rassurez-vous en vous disant  qu’il y aura d’autres matinées pour le faire.

Durant ce temps d’accueil, les enfants jouent essentiellement, découvrent la classe qu’ils ont peut être déjà vu mais dans d’autres circonstances. Ils rencontrent également leurs nouveaux camarades. Il est possible que votre enfant refuse de jouer, il ne faut surtout pas s’en inquiéter. C’est une journée particulière pour lui, de nouvelles personnes à connaître, un nouvel espace, de nouvelles habitudes… Laissez lui le temps.

Certains parents voulant bien faire insiste auprès de leur enfant pour qu’il joue avec les autres, salue la maîtresse… Il n’y a pas d’urgence, cela se fera petit à petit. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera pour un autre jour.

Viens ensuite le moment de la séparation (j’en reparlerai plus tard).

– le reste de la journée : souvent les enfants ne restent que la demi-journée. Durant cette matinée, ils vont jouer, chanter, écouter des histoires, découvrir les lieux où ils vont vivre une année (la salle de classe, la salle de motricité – « de sport » – les toilettes, la cour de récréation…) et apprendre à connaître leur maîtresse/maître, leur Atsem, les autres camarades.

Certains, dès le premier jour seront immédiatement dans leur élément, d’autres resteront dans leur coin pour observer, analyser à leur façon, et puis il y a ceux aussi qui pleureront un peu, beaucoup. C’est évidemment difficile pour les parents de ces enfants de ne pas pouvoir être auprès d’eux. Et même s’il est compliqué de prendre tout ça avec du recul, il est rare que cet état perdure et puis les adultes de la classe seront très présents pour eux, les bras de l’enseignant et de son ATSEM y sont bien préparés.

– Et pour les parents qui ne seront pas là ce jour-là ? 

Mon conseil : à défaut de ne pouvoir être présent à ses côtés, n’hésitez pas à faire appel à votre nounou  ou vos parents, pourquoi pas des amis en qui vous avez pleinement confiance. Ce sont des personnes qu’il connait bien, qui seront à l’écoute de vos questions, de vos demandes, de vos souhaits. Et pour vous rassurer un peu, souvent les enfants emmenés par leur nounou, mamie, papy, tonton… souffrent moins de la séparation.

– Et pour les enfants qui restent à la journée ?

Je vous conseille de vous renseigner sur le déroulement de la sieste (très variable d’une école à une autre) et le temps de cantine également.  N’hésitez pas à parler des habitudes de sommeil de votre enfant, c’est important pour les gens qui s’occuperont de lui à ce moment-là.

2. La séparation :

Je crois que c’est finalement ce qui angoisse le plus les parents concernant cette première journée. En effet il est fort probable que votre petit bout pleure au moment de se séparer. Je dis bien fort probable mais ce n’est pas automatique. Certains n’esquivent pas même  une larme, se contentant d’un câlin, d’un bisous et « à tout à l’heure ». Dans ce cas précis, vous avez de la chance. Laissez le tranquillement dans son nouvel élément, partez en douceur et dites-vous qu’il se trouve bien là où il est.  Et si l’émotion est trop forte, tenez bon devant lui. C’est souvent quand les enfants sentent leurs parents fébriles qu’ils craquent.

Pour ceux qui pleurent… Rassurez votre enfant bien sûr avec vos mots, expliquez lui que vous reviendrez (ou que nounou/mamie… reviendra) après qu’il ait bien joué avec ses copains. Expliquez lui ce que vous allez faire (travailler à la maison, s’occuper du petit frère/ de la petite soeur, aller au bureau…) en étant très concret qu’il puisse bien s’imaginer où vous êtes, cela lui apportera certainement un petit regain d’apaisement. Votre enfant ne s’arrêtera pas forcément de pleurer dans l’immédiat mais il aura entendu et compris vos mots.

Et encore une fois si cela est compliqué émotionnellement, il ne faut pas éterniser les adieux. Cela ne fait que rajouter de l’angoisse à la séparation. Oui je sais c’est facile à dire mais votre enfant ne pourra être serein s’il vous voit si mal de le laisser dans ce nouvel environnement.

Et puis si cela peut atténuer vos appréhensions, grand nombre d’enfants se calment vite une fois les parents partis.

Enfin après la séparation et le temps en classe, vient le moment des retrouvailles. Il arrive parfois que vous retrouviez vos enfants en pleurs. Ne vous inquiétez pas. Certains ont tant attendu cet instant qu’une fois arrivé, il pleure comme pour évacuer le trop plein d’émotions de la journée. Ne vous imaginez pas qu’ils ont pleuré non-stop.

Prenez le temps de parler avec l’enseignant pour faire un petit bilan. Et je peux vous assurer que dans 90% des cas, il sera positif.

Pour finir je dirais que, oui, il faut avoir conscience que ce moment ne sera pas facile. Il faut donc se préparer nous mêmes, parents, à tenir bon, être forts devant notre enfant pour le rassurer et lui donner du courage, et surtout ne pas devenir un facteur d’angoisse supplémentaire. Bien sûr vous craquerez peut être, c’est bien normal, mais à la maison, sur le chemin du retour… de préférence 😉

Et puis gardons en mémoire que cette première rentrée peut être aussi et surtout une très belle journée !

Ph. © Patrice Boucher/Fotolia.com

Ph. © Patrice Boucher/Fotolia.com

UNE PREMIÈRE RENTRÉE DES CLASSES : CONSEILS PRATIQUES

Après la préparation et le déroulement de ce premier jour, je vais essayer de vous donner aujourd’hui le plus possible de conseils pratiques pour que tout se passe au mieux à l’école, au quotidien.

1. LES VÊTEMENTS :

-Pensez bien à marquer les vêtements du prénom de votre enfant. Cela vous semble certainement évident mais chaque année des habits se perdent, sans être réclamés, sans que nous puissions en trouver le propriétaire. Il peut aussi y avoir des tenues en doublon dans certaines classes. En marquant, cela évite les échanges. Ce travail certes laborieux facilitera la vie des enseignants et de vos enfants.

-Privilégiez les tenues pratiques et confortables. Les enfants sont peu autonomes au niveau de l’habillage, surtout en début d’année. Pour permettre une aide à l’habillage et au déshabillage mais surtout pour faciliter l’autonomie de vos petits bouts (que ce soit au moment de la sieste, de la récré,du passage aux toilettes…),  évitez les superpositions de couches et sous-couches, la ribambelle de boutons, les cols trop étroits, les pantalons trop serrés, les bretelles et autres ceintures, les gants à doigts en hiver… Dans le même ordre d’idées, prenez essentiellement des chaussures à scratch que les enfants pourront mettre seuls, avec une bonne tenue aux pieds. En effet chaque jour,  ils se défouleront allègrement dans la cour esquivant  (ou non) moult flaques et autres ennemis des parents. Ils iront également quotidiennement en salle de motricité avec l’enseignant, ils doivent donc être le plus à l’aise possible.

 © V. Sauquère

© V. Sauquère

2. LE GOÛTER :

Théoriquement,  « La collation matinale à l’école  n’est ni systématique ni obligatoire ». Pourtant elle est encore souvent pratiquée.  Dans le cas où vous fournissez ce goûter, évitez les gâteaux au chocolat ou tout autre aliment salissant. Optez plutôt pour un fruit, un produit laitier, du pain ou gâteau type gâteau sec :

Les boissons ou aliments proposés aux élèves doivent permettre une offre alimentaire diversifiée favorisant une liberté de choix, en privilégiant l’eau, les purs jus de fruits, le lait ou les produits laitiers demi écrémés, le pain, les céréales non sucrées, en évitant les produits à forte densité énergétique riches en sucre et matières grasses (biscuits, céréales sucrées, viennoiseries, sodas..).[en savoir +]

3. LE MATÉRIEL : 

Le maître mot : solidité ! Qu’il s’agisse du « cartable », du sac pour les livres de bibliothèque etc… privilégiez la solidité avant tout, le tout étant tout à fait compatible avec l’aspect esthétique.  Pour les sacs servant au transport du classeur, du cahier de vie ou autres (cela dépendra des demandes des enseignants), j’ai toujours trouvé ceux en tissu plus pratiques et plus résistants. Vous pouvez vous faire plaisir sur des petites boutiques de créateurs ou tout simplement réutiliser le sac de courses en tissu que l’on trouve partout en grande surface.

***

Voilà, j’ai sans doute oublié certaines choses, n’hésitez donc pas à me solliciter.

Ce chapitre sur la rentrée étant clos sur mon blog, je vous souhaite à vous et vos enfants, une très belle rentrée, pleine de découvertes et de joie !

signature

Publicités

11 réflexions sur “1ère rentrée en maternelle, quelques conseils pour nos petits… et leurs parents

  1. Dans mon école les couches ne sont pas acceptées. On en a eu une a la rentré qui en avait on lui a enlevée. La ou je suis atsem on a pas le droit de changer des couches. On peut juste les changés en cas de pipi ou caca.

    J'aime

    • Alors je crois qu’il y a une circulaire récente qui dit (en gros) qu’on ne peut pas refuser un enfant à l’école qui n’est pas propre. Il faudrait que je recherche. Après je trouve ça difficile à gérer pour l’Atsem et l’enseignante si trop d’enfants ne sont pas propres… C’est compliqué, surtout avec les gros effectifs que l’on a maintenant.

      J'aime

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s