Suis-je apte au bonheur ?


Il m’arrive parfois de me demander si je suis apte au bonheur, si je suis faite pour ça.

Je suis rarement sereine, satisfaite ou dans un état de plénitude durable. J’éprouve bien du plaisir, de la joie de manière passagère, aléatoire, non systématique. Mais le stress et l’inquiétude sont plus souvent mes compagnons que ce fameux bonheur. Je n’arrive pas à y trouver un équilibre à long terme, une forme de stabilité à la fois du corps et de l’esprit.

Je ne me perçois pas pour autant comme une personne triste et malheureuse, même si je le suis pourtant parfois. Je suis d’une nature aimable, souriante et plutôt drôle quand je me sens à l’aise. J’ose même penser que pour les gens qui me côtoient mon inaptitude au bonheur n’est pas ce qui me caractérise prioritairement.

Ma vie n’est donc pas un interminable chemin de croix, la plupart du temps elle est est même plutôt agréable mais je sais aujourd’hui que je ne trouverai jamais ce bonheur plein, entier et permanent. Je perçois plutôt mon existence comme une route tortueuse passant d’une vallée à l’autre, où les ascensions  et les descentes vertigineuses se succèdent inlassablement.En ce moment particulièrement, mon quotidien est morose, sombre, sans couleurs. Bref, je suis en plein ascension de l’Everest et je commence à avoir des douleurs au corps et à l’âme. Je n’arrive pas à me réjouir de ce qui pourrait m’arriver bientôt, un jour, derrière cette montagne. Je subis chaque journée qui passe en attendant la prochaine, en espérant amorcer la descente qui me libérera. Je n’aspire pas au bonheur, je recherche juste un peu de réconfort, de paix de l’esprit pour quelques instants, le temps de cette descente salvatrice.

L’hiver n’est pas mon allié dans ce parcours semé d’embûches. Très clairement, à cet instant précis, j’en bave, je suis au bout du rouleau, je suis à deux doigts de craquer. Paradoxalement, cette inaptitude au bonheur qui semble être mienne me rassure. Mes ambitions pour aller mieux sont humbles et accessibles. Elles sont là au bout du chemin, au sommet de ce pic rocheux.

J’arriverais peut être à me maintenir un jour au sommet pour ne plus redescendre, prendre cette jolie ligne droite, plane et trouver ma place au soleil.

En attendant, je vis avec cette inaptitude au bonheur et épargne au mieux ceux qui me sont chers et qui semblent être beaucoup plus doués pour cela que moi. Tant mieux !

route bonheur

 

signature

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “Suis-je apte au bonheur ?

  1. Je me suis retrouvée dans certains passage de ton bel article. Je me demande souvent « comment font ces gens qui ont toujours le sourire? Qui ne voient que le positif » ? Je suis bien trop torturée pour être comme ça. Mais l’important c’est de bien se connaître, et de ne pas se comparer aux autres (sont-ils si heureux que ça… ?)

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, je me suis beaucoup retrouvée dans ce que tu disais. J’ai l’impression d’alterner bonne et mauvaise periode. En ce moment, je n’arriverais meme pas à dire si je me sens heureuse ou pas. Comme l’impression de marcher sur un fil …

    J'aime

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s