Affronter ses peurs #22


Bannière un écrit un défi

défi semaine 22

Retour au défi cette semaine, cela faisait longtemps ! Le thème se prêtant bien à mon quotidien et les quelques peurs qui m’étreignent en ce moment, il m’a été plus simple de le remplir, en tout cas, dans un premier temps, de m’y atteler.

  • Faire une liste écrite de tout ce qui me fait peur (principalement des choses réalisables et sans danger).

En découvrant le thème dimanche dernier deux peurs me sont immédiatement venues à l’esprit : la peur de reprendre le travail et la peur de ne jamais retrouver les photos des premiers mois de vie de mon fils.

  1. la peur de reprendre le boulot : en ce moment je vis une phase professionnelle très difficile et compliquée à gérer émotionnellement. Je suis à deux doigts du burn-out et dimanche dernier, il ne me restait plus que deux jours avant la reprise le mercredi suivant. L’idée même de reprendre me filait des angoisses assez terribles.
  2. Le peur de ne jamais retrouver les photos des premier mois de mon fils : ces photos se trouvaient sur le disque dur d’un vieil ordinateur décédé depuis. J’avais conservé le disque dur sans être sûr qu’il fonctionne encore. J’y conservais de nombreux clichés des 3 premiers mois de mon bébé (devenu grand) mais en avait une copie dans le PC de mes parents, au cas où. Or, ce PC a lui aussi rendu l’âme…
  • Choisir l’une de ces peurs afin de me préparer à la surmonter. Ne pas hésiter à choisir quelque chose qui me fera avancer sur le plan personnel.

Dans un premier temps c’est ma peur de retourner travailler qui fut au coeur de ce défi. Je devais absolument reprendre mercredi, retrouver la confiance qu’il me manquait et me dire que la fin de l’année serait vite là pour me donner un point de mire positif et motivant. Mais j’ai lamentablement échoué… Je dois reprendre demain finalement et j’y crois fort cette fois, j’ai même préparé ma rentrée ce matin, c’est dire.

C’est donc sur la deuxième peur beaucoup plus accessible que j’ai concentré tous  mes efforts. Mon objectif, récupérer à tout prix ces fameuses photos !

  • Étudier votre expérience après coup. Raconter.

Cela faisait plusieurs fois que je me disais : « récupère les photos sur l’ordi des parents, un jour il va claquer et tu seras dans la panade… » (en vrai je dis rarement panade). Et puis, ayant toujours autre chose à faire, reportant souvent au lendemain, je ne l’ai jamais fait… Quand ma mère m’a annoncé la fin de vie de cette vieille machine, j’ai pleuré. Bon, je suis fragile en ce moment, ça n’aide pas mais tout de même… M’imaginer n’ayant plus de photos de mon pépère encore tout poupon à lui montrer me rendait presque malade. Je n’avais pas assuré, je m’y étais pris trop tard, bref, j’avais encore une bonne raison de me trouver assez minable. Et je dois dire que s’il n’y avait pas eu le défi, je me serais sans doute lamentée sur mon triste sort, ne faisant rien de plus, rien de moins.

J’ai finalement appelé ma soeur, demandé à mes beaux parents s’ils avaient gardé des photos. Rien du côté de belle-maman, ma soeur ne savait plus, devait chercher. Mais je n’avais plus le temps d’attendre alors j’ai pris le taureau par les cornes et je suis partie acheter un boitier capable d’accueillir mon disque dur pour le connecter à mon dernier pc et récupérer le Saint Graal, sans être sûre à 100% qu’il ne soit pas définitivement grillé. Et pour quelqu’un au bord de la dépression, c’est une sacrée épreuve…

Aidé de mon homme, j’ai connecté le machin avec le bidule et devinez quoi ? Ca marche ! J’ai retrouvé toutes mes photos et plus encore : des préparations et documents pédagogiques en masse, de la musique « en veux-tu, en voilà », des films par centaines ! J’en aurais pleuré mais de joie cette fois-ci !

Alors oui, dis comme ça, cette petite victoire face à cette peur de la perte des traces de mes premiers mois de maman paraît bien dérisoire. Pourtant elle va bien au-delà. Elle m’a redonné un peu de confiance (jusque là perdue) en ma capacité à affronter les choses qui m’angoissent, elle m’a prouvé que j’étais capable de sortir de ma léthargie et de ma complaisance envers mes lamentations. Ce petit rien m’a apporté beaucoup finalement. Et puis, j’ai pu dévoiler à mon fils sa petite trombine à la naissance et les photos de sa maman avec son gros bidon. Son papa, sa soeur, lui et moi avons apprécié ! Dans une phase où notre relation mère/fils est à l’épreuve des conflits et d’une opposition fréquente, mon petit coeur a réussi à reprendre un peu de souffle !

mon bébé

signature

 

 

Publicités

10 réflexions sur “Affronter ses peurs #22

  1. tu me rappelles que je dois aussi faire des manipulations pour stocker mes photos dans mon disque dur de secours… comme toi je serais très triste de perdre de telles photos !!!

    J'aime

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s