« Il n’est pas violent… »


Aujourd’hui j’ai eu la mauvaise idée d’aller faire un tour sur Twitter. Parmi les tendances du jour le nom de Johnny Depp. Je n’ai pas eu besoin de chercher longtemps pour tomber sur une vidéo de l’acteur avec son ex-femme Amber Heard :

la scène filmée à son insu depuis le portable de l’actrice le montre fou de colère, dans sa cuisine, en train de taper avec violence dans les meubles, en prononçant « fuck » à plusieurs reprises. La jeune femme lui dit : « Rien n’est arrivé ce matin, tu le sais ». Il finit par répondre : « Est-ce qu’il t’es arrivé quelque chose ce matin ? Je ne pense pas ». Il vide ensuite une bouteille de vin et finit par se rendre compte qu’il est filmé. Il s’empare du téléphone et l’image se coupe. Je ne publie pas ici la vidéo car je la trouve extrêmement dérangeante, très violente et que je ne souhaite pas l’imposer à tous.

Pour rappel, Johnny Depp et sa femme, Amber Heard, sont en instance de divorce et elle l’accuse de violences conjugales. Cette vidéo remonterait à plusieurs mois avant leur séparation. Bien que victime présumée, la jeune femme a surtout du depuis le début se défendre de ne pas être une menteuse, une personne intéressée par l’argent de son ex, voulant salir l’image d’un acteur adulé.

Si je dis en début de billet que je n’aurais pas du aller faire un petit tour sur Twitter c’est parce que les commentaires de certains sur cette affaire sont à gerber. Tout simplement.

Quelques arguments reviennent souvent :

  • ça ne nous regarde pas, ce sont leurs histoires.
  • il frappe des meubles, pas elle, il n’est pas violent.
  • est-on sûr que ce soit bien lui sur la vidéo ?
  • on ne sait pas ce qu’il s’est passé, peut être qu’elle l’a mis en colère.
  • vous croyez vraiment qu’après avoir pris le téléphone il aurait laissé la vidéo sur le portable s’il la frappait vraiment ?

Et j’en passe, c’est assez difficile comme ça à lire et à retranscrire.

Mon but ici n’est pas de me faire juge. Nous n’avons pas tous les éléments en main pour définir ce qu’il en est réellement. Mais quelque chose me dérange énormément. Il y a dans ces réactions une complaisance envers la violence dont il fait preuve sur ces images. Ce qu’il y fait est minimisé, certains relativisent. Le summum de l’insupportable est quand la faute est rejetée sur la victime elle-même (oui, ici la victime de la furie de Johnny Depp, c’est bien Amber Heard).

Effectivement on ne le voit pas la frapper, on ne sait pas ce qu’il se passe avant et ce qui a provoqué ça (On ne sait d’ailleurs pas non plus ce qu’il s’est passé après mais beaucoup moins se posent la question…). Et alors, cela rend-il la violence dont il fait preuve envers elle plus acceptable, plus tolérable ?

Il existe différents formes de violences et se limiter à la violence physique pour la définir est une erreur.

stop-violences-femmes.gouv.fr

stop-violences-femmes.gouv.fr

Dans cette affaire, il ne s’agit pas simplement d’une sordide histoire people qui fait les beaux jours des journaux à scandale. Plus largement elle est l’illustration flagrante de ce que vivent les femmes victimes de violence dans nos sociétés patriarcales et de quelle façon elles sont perçues :

  • leur parole est sans cesse remise en cause.
  • si elles ont été violentées, il y a forcément une raison (Pourquoi sont-elles restées ? Qu’ont-elles fait pour amener leur agresseur à agir ainsi ?…)
  • de victimes, elles deviennent coupables devant faire preuve de leur bonne foi.
  • toute autre forme de violence que la violence physique est difficilement reconnue.

Alors même si nous n’avons pas toutes les cartes en main pour nous prononcer sur ce cas précis, il n’est pas interdit de s’interroger à travers lui sur comment la société en général minimise les violences faites aux femmes.

Et après ces mêmes personnes se demanderont pourquoi les victimes ne parlent pas, pourquoi elles restent. Il y a peut être dans cette forme de déni et d’abandon un début de réponse…

Source : violencesconjugales5962.fr (Inspiré d'un article de l'Institut National de Santé public du QUEBEC)

CYCLE DE LA VIOLENCE CONJUGALE – Source : violencesconjugales5962.fr (Inspiré d’un article de l’Institut National de Santé public du QUEBEC)

signature

Publicités

3 réflexions sur “« Il n’est pas violent… »

  1. Je suis d’accord avec toi rien ne peut justifier la violence que ce soit verbale où physique.J’ai vu aussi les images et, à sa place à elle, j’aurai eu peur qu’il soit célèbre ou pas.

    J'aime

  2. Très utile au moment où on ramène dans l’actualité le cas de Jacqueline Sauvage. Le conjoint violent (aussi une épouse) joue sur la peur et la manipulation pour isoler l’autre et l’amener à douter. J’insiste sur ces deux mots. Ses cris, ses gestes, ses coups ont ce but. Même si c’est d’abord cet époux qui gère mal sa frustration (interne au couple ou externe) par une violence, il l’impose par ce cycle, très clair. Et le déni des commentaires est manifeste.
    L’amie de Johnny Depp prend sa distance, et cela lui sera très couteux. Sauf qu’il est une vedette, et n’osera pas « rentrer par la fenêtre » pour une récidive, sans doute. Madame Sauvage, qui n’a pas pris cette distance, a sorti une arme quand elle a pressenti : « sans quoi, ce sera moi qui meurt ». Elle n’a pas convaincu le tribunal, hélas. Elle n’avait pas filmé ses menaces.

    Aimé par 1 personne

Dites moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s